Vous êtes ici

Indemnitéit an der Fachausbildung vun den Hausdokteren

Questions parlementaires Santé et soins Gusty Graas

D'Hausdoktere kréie während hirer laanger Fachausbildung eng Indemnitéit zougesprach, déi allerdéngs jee no Ausbildungsjoer ënnert dem Mindestloun ka leien. Och gouf dës Indemnitéit zënter 2008 net méi revaloriséiert. An dem Kontext freet den DP-Deputéierte Gusty Graas bei dem zoustännegem Minister no, ob et net néideg wier dëst ze maache fir der laanger Beruffsausbildung vun den Doktere Rechnung ze droen.

Question

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 de notre Règlement interne, je souhaite poser la question parlementaire suivante à Madame la Ministre de la Santé:

« Les médecins inscrits à la formation spécifique en médecine générale ont le statut de travailleur intellectuel indépendant et sont indemnisés par le Ministère de la Santé. Pendant toute la durée de la formation spécifique ils touchent une indemnité nette de 2.100 euros (1ère année) respectivement 2.500 euros (2e et 3e année). Après déduction des cotisations de la sécurité sociale, le montant mensuel net se situe en dessous du salaire social minimum qualifié au Luxembourg, et même en dessous du salaire social non qualifié en première année de formation. L’indemnisation n’a pas été adaptée, ni indexée depuis 2008. 

Dans ce contexte j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

  • Est-ce que Madame la Ministre n’estime pas qu’une revalorisation de la rémunération des médecins en voie de formation en médecine générale s’impose?
  • Dans l’affirmative, quelles mesures seront prises afin d’accorder aux médecins en voie de formation en médecine générale une rémunération adaptée à leur formation, soit six années de formation de base suivies de trois années de formation spécifique ?»

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très haute considération.

Gusty GRAAS
Député

Réponse de Madame la Ministre de la Santé à la question parlementaire n° 2598 de Monsieur le Député Gusty Graas concernant « l’indemnisation des médecins inscrits à la formation spécifique en médecine générale ».

La réponse à la question de l’honorable Député est étroitement liée aux différentes études qui sont actuellement en cours concernant le développement de la formation médicale au Luxembourg. A l’heure actuelle, les analyses des deux groupes de travail sont sur le point d’être achevées. Les groupes de travail précités, rassemblant des représentants de l’Université du Luxembourg, du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Ministère de la Santé et des hôpitaux luxembourgeois, ont pour mission de remettre, avant la fin de cette année, leurs rapports aux deux membres du Gouvernement plus directement concernés, à savoir la Ministre de la Santé et le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, afin de mettre le Gouvernement en mesure de prendre une décision.  Les deux groupes de travail précités sont donc en train d’étudier deux volets distincts :

  1. Le premier groupe est chargé d’analyser la question de savoir comment un premier cycle d’études médicales  pourrait être mis en place au sein de l’Université du Luxembourg et de déterminer les coûts d’une telle formation ainsi que l’accès au deuxième cycle des études médicales, en collaboration avec une ou plusieurs universités partenaires. Ce groupe de travail est sous la tutelle directe du Mministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Pour plus de détails concernant ce volet, il est renvoyé à la réponse de Monsieur le Ministre délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche à la question parlementaire N° 2408 de Madame la Députée Martine Hansen.
  2. Le second groupe a pour mission d’analyser la question de savoir comment la ‘formation spécifique en médecine générale’ pourrait être professionnalisée avec son intégration définitive dans l’Université du Luxembourg et de vérifier si d’autres formations de spécialisation pourraient présenter un intérêt pour le Luxembourg. Il s’agit donc d’analyser l'opportunité de l'établissement d'une ou de plusieurs formations de spécialisation médicale dans des disciplines comme la neurologie, l’oncologie ou d’autres, sachant que la formation spécifique en médecine générale existe déjà à l'Université du Luxembourg.  Il va ainsi de soi que les conditions financières, avec entre autres les indemnités prévues pour les médecins en formation, devront être non seulement cohérentes quelle que soit la spécialisation choisie, mais que ces dernières devront également être dans la même lignée que celles en vigueur dans nos pays voisins. Ce groupe de travail est sous la tutelle directe du Mministère de la Santé.

 


Gusty Graas