Vous êtes ici

Firwat ass Lëtzebuerg nach op der Schwäizer Lëscht vun de Risikolänner?

Questions parlementaires Politique étrangère et de sécurité Santé et soins Tourisme Gilles Baum

Däitschland huet Lëtzebuerg haut vu senger Lëscht vun de Risikolänner erofgeholl. D’Schwäiz huet seng Lëscht och haut aktualiséiert, mä Lëtzebuerg steet nach ëmmer drop. Dat heescht, datt e Lëtzebuerger, deen an d’Schwäiz wëll, muss an d’Quarantän, esouguer wann en en negativen Test dobäi huet. 

Den DP-Deputéierte Gilles Baum huet dofir eng drénglech Fro un den Ausseminister gestallt fir gewuer ze ginn, ob dee bei de Schwäizer Autoritéiten intervenéiert ass, fir Lëtzebuerg och do vun der Lëscht vun de Risikogebitter erofzehuelen. De Gilles Baum freet weider, ob nach aner europäesch Länner Areesrestriktioune fir Lëtzebuerger bäibehalen, obwuel d’Zuele vun den Neiinfektiounen hei am Land zanter 2 Wochen erofginn?

Question:

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 84 de notre Règlement interne, je souhaite poser la question urgente suivante à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

« Le 20 août, le gouvernement fédéral allemand a retiré le Luxembourg de la liste des régions à risque, car pour la deuxième semaine consécutive le nombre de personnes testées positives à la COVID-19 est en-dessous de 50 par 100.000 habitants. Par contre l’Office fédéral de la santé publique suisse a mis à jour le 20 août la liste des États et des territoires qui sont considérés comme « à risque élevé d’infection » et pour lesquels une quarantaine est obligatoire. Ainsi, elle a retiré aujourd’hui les pays suivants de cette liste : l’Arabie saoudite, la Guinée équatoriale, Sao Tomé-et-Principe, la Serbie et Singapour. Malheureusement, le Luxembourg fait toujours partie de cette liste.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  • Pour quelle raison le Luxembourg n’a pas encore été supprimé de la liste de l’OFSP suisse ?
  • Monsieur le Ministre a-t-il eu des pourparlers avec les responsables helvétiques dans le but de retirer le Luxembourg de leur liste de pays à risque élevé d’infection, comme cela a été le cas avec les autorités allemandes ?
  • Dans l’affirmative, peut-on s’attendre à ce que le Luxembourg soit retiré de cette liste dans les meilleurs délais ?
  • Dans la négative, Monsieur le Ministre compte-t-il entamer des pourparlers dans le prochains jours ?
  • Qu’en est-t-il des autres pays européens ? Quels pays européens imposent encore à ce jour des restrictions à l’entrée (test négatif récent, mise en quarantaine obligatoire) aux citoyens luxembourgeois ? Est-ce que Monsieur le Ministre compte également entamer des pourparlers avec les autorités de ces pays ? »

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très haute considération.

Gilles BAUM
Député

 

Réponse de Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes à la question parlementaire urgente n°2699 du 20 août 2020 de l’Honorable Député Monsieur Gilles Baum

 

Réponse à la question 1

La base juridique pour l’inscription du Luxembourg ainsi que d’une quarantaine d’autres Etats sur la liste suisse des Etats à risque élevé d’infection est l’ordonnance « COVID-19 : mesures dans le domaine du transport international de voyageurs ». L’art. 3 de l’ordonnance précitée précise qu’il existe un risque élevé d’infection au coronavirus SARS-CoV-2 lorsque l’Etat ou la zone concernée compte plus de 60 nouvelles infections pour 100 000 personnes pendant les 14 derniers jours. Le Luxembourg compte actuellement encore plus de 60 nouvelles infections pour 100 000 personnes sur 14 jours (non-résidents exclus) et se situe ainsi toujours au-dessus de ce seuil fixé par les autorités compétentes suisses.

Réponse à la question 2

Les autorités suisses sont informées régulièrement sur l’évolution de la situation épidémiologique au Luxembourg et le Luxembourg s’efforce de sensibiliser les autorités suisses au contexte particulier du Grand-Duché ainsi qu’à sa stratégie de test exhaustive.

Réponse à la question 3

La liste des Etats et territoires à risque élevé d’infection est régulièrement actualisée par les autorités suisses. Lors de telles révisions, la Suisse adapte cette liste sur base de la situation épidémiologique qui prévaut dans le pays respectif. Or, tel que détaillé dans la réponse à la question 1, le Luxembourg se situe à l’heure actuelle toujours au-dessus du critère épidémiologique fixé par la Suisse, à savoir 60 nouvelles infections pour 100 000 personnes pendant les 14 derniers jours.

Réponse à la question 4

Je me permets de renvoyer ici à ma réponse à la question 2.

Réponse à la question 5

L’évolution de la situation épidémiologique au Luxembourg a incité certains Etats européens à introduire des mesures restrictives pour les personnes en provenance du Luxembourg. Parmi les pays de l’Union européenne, des mesures restrictives sont à ce jour en place pour les déplacements de résidents luxembourgeois vers certains Länder allemands, Chypre, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, la République tchèque (pour la catégorie spécifique des travailleurs), la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie ainsi que pour les déplacements vers les îles portugaises de Madère et des Açores. Des mesures restrictives s’appliquent également aux voyageurs en provenance du Luxembourg qui souhaitent se déplacer vers le Royaume-Uni, la Suisse, la Norvège et l’Islande. A noter que ces mesures prennent des formes diverses et sont de nature évolutive. De ce fait, il est conseillé aux voyageurs de s’informer avant leur départ des mesures en place dans leur pays ou région de destination.

Tant au niveau politique qu’au niveau administratif, le gouvernement entend poursuivre ses efforts d’explication afin de fournir aux autorités compétentes des pays respectifs une vision objective de la situation telle qu’elle se présente au Luxembourg.


Gilles Baum