Sie sind hier

Fermeture de sept centres de dépistage

Parlamentarische Fragen Gesundheit und Pflege Gilles Baum Carole Hartmann

Question:

Monsieur le Président,

Par la présente, nous avons l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 de notre Règlement interne, nous souhaitons poser la question parlementaire suivante à Madame la Ministre de la Santé :

« En date du 28 juillet 2020, la première phase du dépistage à grande échelle fut prolongée, de façon réduite, jusqu’à la fin du mois d’août. 

Par conséquent, plusieurs centres de dépistage, dont les centres à Junglinster et à Grevemacher, ont été mis en veille.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

  • D’après quels critères le choix de fermeture des centres de dépistage fut-il pris ? 
  • Ne s’avère-t-il pas utile de maintenir un centre de dépistage dans la région Est du pays ? Dans la négative, pour quelles raisons?
  • En ce qui concerne la logistique, de quelle façon la deuxième phase de dépistage à grande échelle va-t-elle se différencier de la première phase?
  • Les centres de dépistage dans la région Est du pays seront-ils réactivés avec le début de la deuxième phase ? »

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de notre très haute considération.

                 Gilles BAUM                   Carole HARTMANN

                       Député                                   Députée

Réponse commune de Madame la Ministre de la Santé et de Monsieur le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à la question parlementaire n° 2598 du 29 juillet 2020 de Monsieur le Député Gilles Baum et de Madame la Députée Carole Hartmann concernant la "Fermeture de centres de dépistage".

Les centres de dépistage qui sont restés ouverts lors de la période de prolongation de la première phase du dépistage COVID-19 à large échelle avaient été choisis en fonction de leur fréquentation au cours des derniers mois. Au cours du mois d’août, certains de ces centres de dépistage qui avaient été mis en veille ont été ré-ouverts dans le contexte de l’augmentation de la capacité de diagnostic, dont un centre dans la partie Est du pays.  

Pour la deuxième phase du dépistage COVID-19 à large échelle, une soumission publique a eu lieu. 

Du point de vue logistique, le LST 2.0 diffère à plusieurs égards du LST 1.0, ceci afin de refléter la nouvelle orientation du dispositif qui se veut à la fois plus ciblé et plus flexible. 

Le premier changement concerne ainsi la capacité de tests maximale par semaine. En effet, le nombre de tests par semaine a été adapté à l’évolution de la pandémie. Ceci se répercute aussi sur le nombre des centres de prélèvements lesquels seront réduits tout en maintenant une répartition géographique équilibrée sur l’ensemble du territoire de notre pays. Par ailleurs, les tests à l’aéroport seront dorénavant inclus dans le dispositif du LST 2.0 et des équipes mobiles sont à disposition pour assurer des interventions sur place en cas de cluster ou de situation d’urgence. De plus, des tests sérologiques à la recherche d’anticorps seront réalisés dans le cadre du LST 2.0, en complément aux tests PCR.

Une distribution géographique est assurée dans le cadre du LST 2.0 sur base de la densité démographique du Luxembourg. Ainsi, la population de la région Est du pays bénéficiera d’une station à Grevenmacher/Machtum.


Gilles Baum

Carole Hartmann